Qui suis-je ?

10178083_10152042297186759_2698421977993055296_n

Crédits photos : Mathieu Delmestre

Professeur d’histoire en banlieue depuis 17 ans, investi politiquement en Lorraine puis en Ile-de-France, j’ai été militant syndicaliste et politique dès mon plus jeune âge. En 2009, j’ai été élu conseiller régional d’Ile-de-France au sein du groupe socialiste que j’ai présidé jusqu’en 2014. Je suis également Secrétaire Général d’Un Monde d’Avance, sensibilité du Parti Socialiste que je coanime notamment aux côtés de Benoît Hamon et d’Henri Emmanuelli.

J’ai été élu député européen de la circonscription Ile-de-France et des Français établis hors de France lors des élections européennes de mai 2014.

Lors de la campagne électorale, nombre de franciliens sont venus me voir et m’ont exprimé leurs inquiétudes, leurs déceptions ou pire, leurs profonds désintérêts vis-à-vis de l’Europe.

Le modèle européen permet-il de faire la justice sociale que nous socialistes appelons de nos vœux ? Le modèle économique peut-il tirer l’Europe et le pays de la situation qui angoisse et tétanise nombre de concitoyens ? Que pèsent les parlementaires européens ?

Je ne suis pas un eurobéat. Profondément de gauche, je fais partie d’une génération dont le rapport est très critique vis-à-vis de l’Europe. J’ai partagé et je partage encore nombre de questionnements à son sujet. Mais si j’ai décidé de porter ma candidature à ces élections européennes, c’est animé par une conviction : nous ne pouvons abandonner l’Europe à ceux qui l’ont pervertie ces dernières années et continuent de la menacer aujourd’hui. Le problème, ce n’est pas l’Europe, le problème, ce sont les politiques qui y sévissent.

15 ans de politiques néolibérales appliquées par la majorité de droite ont contribué à gravement défigurer le visage de l’Europe politique et sociale, celle que nous socialistes défendons.

15 ans de politiques néolibérales  ont contribué à affaiblir l’Europe politique au profit du libre-échange et du diktat des marchés, loin des peuples, loin du progrès et de la justice sociale.

Enfin, 15 ans de politiques néolibérales ont contribué à exacerber les angoisses et les frustrations dont le FN a fait son terreau électoral le plus fertile. Ces politiques destructrices appliquées à l’Europe, nous devons les stopper.

Pour cela, les citoyens doivent reprendre la main. Le Parlement Européen, émanation de la souveraineté populaire à l’échelle européenne, doit avoir plus de poids et de légitimité pour que les peuples puissent enfin peser sur le destin de l’Europe.

Le rapport de force politique doit être établi dès maintenant pour que toutes celles et ceux qui seront demain nos représentants soient continuellement rappelés à leurs engagements. L’Europe ne doit pas être un rendez-vous oublié dont on sonnerait le réveil chaque cinq ans. L’Europe doit devenir un sujet quotidien car les enjeux qui s’y jouent sont immenses.

La crise nous impose de radicalement changer de politique pour que l’Europe soit enfin au service des peuples.

C’est au service de cet idéal que je compte mener mon mandat de député européen.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s